aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription

Séquestrer la coopération
par Gérard Police

Entendre, lire, voir mois après mois, année après année, que l’intérieur de la Guyane est saccagé par l’orpaillage clandestin ; savoir ce que tout le monde sait, qu’existe une capacité militaire de rendre la vie tellement invivable aux garimpeiros et associés que leur activité cesserait d’être rentable et s’arrêterait ; s’extasier devant un futur pont dont la construction va surtout apporter du travail et de l’or aux maquerelles et proxénètes d’Oiapoque pour fournir en chair fraîche la main-d’œuvre masculine et affamée ; être bercé par le ronronnement de l’Année de la France au Brésil ; continuer à dépenser l’argent public en voyages-coopération-bling-bling…

Toutes ces tranches de vie régionale sont imbriquées. Quel rapport ? Le rapport, c’est qu’on massacre impunément ce pays parce que nous sommes obnubilés par les chiffons rouges qu’on agite devant nos cornes pour détourner l’attention. Et que si nous le voulions les derniers orpailleurs clandestins seraient aujourd’hui en train de chasser les mygales à la main pour se nourrir. (Mais surtout que personne ne se mette à fantasmer des plans fascistoïdes pour « nettoyer notre terre sacrée de ces étrangers qui… etc ». Si vous aviez cru que…, cliquez sur autre chose, ce n’est pas pour vous.)

Soyons bons citoyens disent-ils, participons, donnons notre avis, envoyons des courriers pleins de bon sens et d’espoir. Mais comme nous savons aussi que nos écrits patiemment tapés passeront au mixer d’un rapport final aseptisé, à quoi bon… ? Essayons autre chose alors…
Depuis que la machine française a des ratées, une spécialité nationale étonne l’étranger : la séquestration de patrons, dirigeants, cadres. La révolte du désespoir quand il n’y a rien d’autre, en face de votre désarroi, qu’un cravaté qui a pianoté la voie de garage de votre destin sur son ordinateur.

Mais séquestrer quoi quand c’est tout qui se grippe ? Les usagers-otages ont déjà donné, merci. Pourtant, au moins pour ce qui est du désastre de l’or clandestin, la solution existe : nous allons séquestrer la coopération avec le Brésil.

Le Brésil fait avancer ses pions de notre côté. Il n’y a rien à redire à cela. C’est de bonne guerre. Chacun tente de faire avancer ses pions sur l’échiquier. Il faut être fair-play. Certains sont meilleurs que d’autres. Nous sommes mauvais, ce n’est pas la faute de notre voisin. Médaille et respect pour le Brésil. Le futur port de la Guyane sera Santana, à côté de Macapá, sur les berges de l’Amazone. Nous sommes apparemment les seuls à nous en étonner, tout le monde le sait là-bas. Une noria de camions porte-conteneurs assurera le trafic de toutes sortes de marchandises sur 800 km de route, pour le plus grand bonheur des consommateurs de Guyane. Même les morceaux des fusées arriveront de cette façon. (Dommage que certains lecteurs croient à des plaisanteries : c’est décrit avec précision dans des études extrêmement sérieuses et compétentes.)

Il restait un dernier verrou sur l’axe de développement nord-amazonien-caraïbe : la colonie française comme dit tout le monde sur le sous-continent sud-américain (il n’y a que les Français qui n’entendent pas). Le verrou-Guyane va enfin sauter et la route Transguyanaise faire couler des richesses devant nos portes. Ce ne fut pas facile, la France a fait traîner, mais entre le bâton de l’accusation colonialiste et la carotte des contrats d’armement du siècle, on est arrivé à un accord pleinement satisfaisant pour les deux parties. Le lubrifiant pour tous ces engrenages complexes s’appelle « coopération ». C’est un système d’échanges ritualisés attestant que tout va bien et qu’on est en paix. Dans les sociétés dites traditionnelles, on fait cela sérieusement, on y croit, on respecte. Dans les sociétés moins avancées comme la nôtre, on ne touche pas aux problèmes de fond ; on les dissimule sous d’épaisses couches d’euros. La coopération transfrontalière est le lubrifiant qui rend possible la fausse intégration d’un territoire-délégation régionale des fonds européens dans un ensemble régional assoiffé de monnaie forte. C’est le traitement anti-rejet contre l’enclave européenne. Tout le monde (sauf les Français) sait que le distributeur automatique de phynances ne pourra jamais être aimé, ni même respecté de ses voisins, sauf s’il devient indépendant. Mais ce n’est pas notre sujet.

En attendant, séquestrons la coopération. Comme les femmes depuis l’antiquité quand elles veulent se faire entendre, faisons la grève (non pas du sexe) mais des échanges régionaux. Le scénario est roboratif :

— « Allo Paris, ici Brasilia. C’est quoi cette histoire, vos Guyanais ne veulent plus coopérer ? Et nos contrats ? »

— « Brasilia, ici Paris. Nous avons négocié. Ils exigent qu’on arrête de bousiller leur territoire. On va être obligé d’envoyer l’armée, la vraie. Dites à vos garimpeiros de déguerpir. D’urgence. »

— « Paris, ici Brasilia. Bien reçu. Nous avons envoyé deux divisions aéroportées sur l’Oiapoque et les Tumucumaques. Périmètre vidé et clean. Reprenez la coopération SVP. »

— « Brasilia, ici Paris. Il y a un problème, ils ne veulent pas du pont non plus. Qu’est-ce qu’on fait ? »

— « Paris, ici Brasilia. OK, on lâche le pont, mais en échange vous nous livrez un sous-marin nucléaire. Gratos. Top secret. »

— « Brasilia, ici Paris. OK pour le sous-marin, mais c’est pas du neuf. Et la Guyane, vous ne voudriez pas annexer ? On garde le spatial… »

— « Paris, ici Brasília. Deux sous-marins, un porte-avion, trente Rafale. Neufs. Et un abonnement-cadeau de vingt ans à Ariane. Et un Airbus A380 aménagement présidentiel pour les frais de dossier. »


Gérard Police*
gerard.police@blada.com

8 mai 2009



* Gérard Police est docteur en études brésiliennes, maître de conférences à l’Université des Antilles et de la Guyane (IES de la Guyane).


De Gérard Police, sur blada.com :

Décembre 2008 : Et le Brésil dans tout ça ?
Août 2008 :
La Pièce maîtresse du puzzle
Août 2008 : Les causes de la conséquence : pourquoi Harpie est remise en cage
Janvier 2008 : Anti-discours sur la coopération régionale Brésil-Guyane
Janvier 2008 : C'était le Dakar
Mars 2007 : Boycotter le Brésil ?
Septembre 2007 : Un pont vers l'Enfer ?
Novembre 2007 : Chasse à l'homme


Autres chroniques de l'année 2009

Infos citoyennes

Communiqués

Viré Gadé


Horaires des marées :
Iles Salut / Cayenne / Les Hattes


Offres et demandes covoiturage

Photothèque

Lancements 2014
Lancements 2014
Soyouz VS07

Annonceurs

Tarifs de publicité