aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription


La maquette des nouvelles armoiries de Kourou
Un nouvel emblème pour Kourou 1er avril 2002

La décision vient tout juste d'être prise.

Depuis de long mois, les consultations allaient bon train, dans le plus grand secret. Toutes les personnalités qui comptent ou qui ont compté pour Kourou ont participé à cette décision qui pourrait bien changer le visage de notre ville.

Les chefs coutumiers jusqu'aux instances dirigeantes de la ville en passant par les personnalités du spatial se sont concertés au cours de débats souvent passionnés, pour savoir si Kourou devait ou non tourner le dos, symboliquement au moins, à son douloureux passé, et décider de regarder résolument vers l'avenir.

Nombreux en effet sont ceux qui ignorent encore que Kourou était aussi un bagne, comme en témoignent encore quelques briques à la Pointe des Roches.

La décision de remplacer le bagnard par une Ariane 5 sur les armoiries de la ville n'a pas été facile à prendre. Elle a nécessité pas moins de 124 réunions avant que le projet n'aboutisse sur le bureau du nouveau directeur régional des Affaires culturelles, appelé à donner son avis, à titre consultatif. Par mesure de prudence, ce dernier a tenu à prendre conseil auprès du ministre de la culture.

Mais au ministère, la modification jugée essentielle n'était pas la même : là on aurait souhaité remplacer le lys royal - à droite sur l'emblème - par une rose. Consulté à son tour, le premier ministre, bien embarrassé, a disserté un long moment sur les bienfaits de la régionalisation.

Alerté par un de ses collaborateurs, le président de la République en déplacement dans les communes a interrompu son voyage. Contemplant pour la première fois les armoiries de Kourou, et très intrigué par les symboles à gauche et à droite de la fleur de lys, le président s'est exclamé : "Mais on dirait des serpents !".

Après concertation au plus haut sommet de l'Etat, et à l'issue d'une réunion qui a duré jusque tard dans la nuit, il a été décidé de ne pas se mêler de cette épineuse affaire de Domiens.

Un autre incident a été à déplorer au cours de ces longues négociations : Le maire de Kourou et son conseil souhaitaient pour leur part que le lanceur soit présenté sur fond vert, rappelant la forêt. Le directeur du Centre Spatial Guyanais, appuyé dans sa démarche par le représentant de l'Agence Spatiale Européenne en Guyane, souhaitait que la représentation symbolique d'Ariane 5, en bas à gauche, apparaisse sur fond bleu. De leur côté, les chefs coutumiers Bushinengué, en accord avec le comité des anciens, voulaient du jaune d'or. L'argument était solide : la région était autrefois riche en or, d'ailleurs le bagnard ne portait-il pas une roche jaune pour symboliser cet or ? Intervenant à son tour dans le débat, le chef Amérindien de Kourou a rappelé avec vigueur que les Amérindiens étaient les premiers habitants de la Guyane et qu'à ce titre il était bien naturel que le fond soit rouge, de la couleur du Kalimbé et du roucou.

L'affaire a bien failli mal tourner, mais l'arrivée généreuse et enthousiaste de la saison des pluies a très vite rafraîchi les esprits les plus surchauffés, et tout est rentré dans l'ordre.
Le protocole d'accord a été signé tard dans la nuit du 31 mars.

Pour que la ville soit désormais en harmonie avec ses nouvelles armoiries, il a été décidé de modifier comme suit la devise de Kourou : "Courroux passé, bonheur commence tout quand on oeuvre".

Blada, 1er avril 2002.

Autres chroniques de l'année 2002

Infos citoyennes

Communiqués

Viré Gadé


Horaires des marées :
Iles Salut / Cayenne / Les Hattes


Offres et demandes covoiturage

Photothèque

Lancements 2014
Lancements 2014
Lancement VA219

Annonceurs

Tarifs de publicité