aller au menu  |  aller au contenu

connexion  |  inscription


LES FORÊTS TROPICALES : C'EST PAS ENCORE FICHU !
Dr. Pierre-Michel Forget, Maître de conférences du Muséum national d'Histoire naturelle, Département d'Ecologie et Gestion de la Biodiversité, Brunoy, UMR 5176 CNRS-MNHN

Les fêtes de fin d'année viennent de se terminer, et le carnaval est là. 
Après le début de la petite saison des pluies en Guyane et en cet hiver réchauffé en Métropole, deux climats contrastés mais qui nous apportent cependant tous les deux des journées très nuageuses, grises et pluvieuses, il est grand temps de voir cette nébulosité se dissiper pour laisser place à une vie en couleur pendant le petit été de mars et le printemps, comme nous y invite ce carnaval de Guyane 2004 dédié à la faune et à la flore. Tout n'est pas si gris, même si tout n'est pas rose. Il est en effet plus que temps de se réjouir plutôt que de se laisser gagner par le pessimisme en ce qui concerne le futur des forêts tropicales. Car le moins que l'on puisse dire, c'est que le Père Noël nous a fait deux drôles de cadeaux cette année, plutôt empoisonnés cette fois-ci. Deux articles scientifiques récemment parus dans Science (1) et Nature (2) ne sont pas pour nous réjouir, et n'embellissent pas notre vie comme sont supposés le faire les présents de nos proches en de telles circonstances. Est-ce parce que nous n'avons pas été très sages avec notre environnement, et en particulier, ce grand Nord et la banquise polaire qui fondent petit à petit, où ses rennes auront de plus en plus de difficultés pour se nourrir, et où il lui sera désormais de moins en moins facile de se mouvoir en traîneau. Il commence peut-être à en avoir assez. Alors il se fâche…

En effet, la fin de l'année 2003 et ce début de 2004 n'ont pas été propices à s'enthousiasmer des actions de l'Homme pour protéger et conserver ses ressources et son environnement, en dépit de multiples efforts des uns et des autres, sans cesse répétés, pour étudier, analyser, et informer les politiques des catastrophes à venir, de véritables cataclysmes comme la disparition des forêts tropicales, la chute de la biodiversité, le réchauffement planétaire. Le constat est terrible comme le soulignait déjà en novembre 2003 un article paru le journal Le Monde (3). Que penser de l'état de notre planète et de l'avenir des forêts tropicales en particulier, quand paraissent successivement ces deux études assez alarmantes ? Les auteurs de la première étude dans Science constate que l'exploitation d'une ressource naturelle, la noix d'Amazonie ou noix du Brésil que l'on consomme en abondance à Noël (sic !) et dont l'exploitation dite durable (ou extractivisme) devait pouvoir sauver la dernière grande forêt tropicale humide, l'Amazonie, de la disparition, ne serait pas si durable. La seconde étude dans Nature prévoit que les conséquences de l'accumulation de gaz à effet de serre et le réchauffement planétaire, qui seraient en partie liés à la déforestation des forêts tropicales, devraient faire disparaître plus d'espèces végétales et animales qu'aucune autre catastrophe survenue depuis la période des dinosaures.

Quel est l'avenir de notre environnement sur Terre, de son fonctionnement et de sa destinée ? Le pessimisme pourrait être de rigueur en de telles circonstances. Mais doit-on céder à ces maudits augures ? Doit-on s'abandonner à ces terribles présages, et se laisser gagner par le découragement ? On pourrait se réfugier dans le monde virtuel pour retrouver nos chers animaux disparus, des dinosaures au Smilodon, ou tigre à dents de sabre, comme nous le propose la BBC dans ses deux émissions phares " Walking with the Dinosaurs " et " Walking with beasts ", ou encore le dessin animé " l'âge de glace ". Certes, c'est un réel plaisir que d'être ainsi transporté pour traverser le temps des 220 derniers millions d'années jusqu'à récemment, il y a 10.000 ans, juste après la dernière grande glaciation. Mais doit-on vivre ainsi éternellement avec des fantômes. Je préfère de loin la vie d'aujourd'hui, la vraie vie. Regardons-la en face cette vie là, la nôtre et affrontons la réalité.

" La vie est belle " ("Wondeful life ") titrait Stephen Jay Gould (1989, édition française 1991, Seuil) en se référant à l'œuvre cinématographique " It's a wonderful life " de Franck Capra (décembre 1946). Oui, la vie est belle, s'est finalement dit George Bailey, qui, en cette nuit de Noël désespère au point d'y mettre un terme alors que tous autour s'affairent pour ces ultimes moments de bonheur de l'année qui touche à sa fin. " Un homme sur la terre a besoin de notre aide " dit en voix off Joseph à Clarence, l'Ange en quête d'ailes depuis bientôt 200 ans. Ces ailes-là, il les gagnera s'il persuade George que la vie vaut la peine d'être vécue, et s'il l'empêche ainsi de commettre l'irréparable. " Pour pouvoir aider cet homme, il faut se renseigner sur lui " argumente Joseph, qui nous plonge alors dans le passé de George, de son enfance jusqu'à cet instant crucial, charnière, entre la vie et le néant, moment ultime, suspendu, où toute une vie peut basculer dans les eaux turbulentes du fleuve qui coulent sous les arches du pont de Bedford falls. Et la ville défile, la vie de George aussi jusqu'à ces dernières secondes, fatidiques, d'avant son basculement dans le vide. C'est un peu comme lorsque la BBC nous retrace l'histoire de la Terre depuis l'époque des premiers dinosaures et des protomammifères, quelques heures à l'échelle géologique, jusqu'aux quelques minutes avec leur descendants, les oiseaux d'aujourd'hui et l'Homo sapiens. Dans les derniers instants, quelques secondes pour la Terre, mais 10, 20 voire 30 ans à l'échelle humaine, on voit les forêts tropicales humides disparaître, s'évanouir en fumée et en pâturages. En quelques dixièmes de seconde on réalise alors les conséquences de la fragmentation et de la réduction des surfaces des forêts tropicales sur l'extinction des espèces qui est sur le point d'exploser exponentiellement. Comme George, nous sommes au bord du précipice. Faut-il s'abandonner au pessimisme ambiant, et désespérer en niant la réalité ? On ne résoudra pas les problèmes ainsi. Il faut regarder ce que nous avons fait de positif et, qui, finalement, fait que oui, la vie est belle. " Future " ou " No future " pour les forêts tropicales, et leur extraordinaire diversité, comme pour celle de la planète toute entière, telle est la question que nous devons nous poser. 

A l'évidence, il y aura un futur pour cette Terre et sa biodiversité, mais celui de l'Homme sera ce que nous voudrons qu'il soit. Pour cela, il convient en effet de mieux connaître ces forêts tropicales afin de les sauver, mais aussi de mieux comprendre comment on en est arrivé là. A une époque où la connaissance de la Terre et de ses environnements est immense, notre savoir des forêts tropicales n'a jamais été aussi approfondi. De nombreux scénarii, modèles fort bien argumentés sur la base de cette incroyable connaissance de l'écologie des milieux et des espèces végétales et animales, et des interactions de ces dernières entre elles et avec leur habitat, cette maison qui brûle, nous montrent ce que pourrait être notre planète demain, dans 20 ou 50 ans. Nous serions bien maladroits de ne pas en tenir compte pour virer de bord à 180° et ralentir la machine qui s'emballe. 

L'ange a rejoint George qui préfèrerait ne pas avoir existé plutôt que de vivre ces douloureux derniers jours de l'année. Alors George n'a plus d'existence, sans papier, sans visage reconnaissable, accompagné de Clarence, il erre dans la ville où personne ne le connaît, rejeté, pourchassé, il n'est plus à sa place. C'est une autre vie qui défile alors sous nos yeux, et pas forcément la meilleure de toutes en comparaison avec celle qu'il a vécue. Stephen Jay Gould se plaisait à digresser sur la contingence et comment les petits évènements, souvent insignifiants, d'une vie peuvent influencer de manière irréversible, le cours des choses, l'évolution, mais aussi notre vie, tout simplement. L'Homme en est un parfait exemple pour la planète Terre, peut-être pas le meilleur de tous. 

George se dit finalement que, sans lui, la vie aurait été pire, et qu'elle vaut quand même la peine d'être vécue, même si tout n'est pas rose tous les jours. Clarence a gagné ses ailes. Qui sera notre Clarence à nous, pauvres terriens faits de chair et de sang ? Quel Ange sera assez fou pour s'aventurer et nous montrer nos erreurs qui ne sont pas encore irréparables, irréversibles. Notre vie est bien réelle, et c'est la seule que nous ayons. Qui n'a pas rêvé comme Marty McFly dans la trilogie cinématographique " Back to the Future " de Robert Zemeckis (1985, 1989, 1990), grâce à l'ingéniosité de Dr. Emmet Brown, alias Doc, de repartir dans son passé et de s'en retourner au volant de cette extraordinaire machine-voiture, La DeLorean, à se propulser à 88 miles par heure dans l'espace-temps, vers le passé, en 1955, et 1855, vers le futur, en 2015. Contrairement à Marty, il nous est matériellement impossible de rejouer le film de notre vie, et d'intervenir sur le cours de nos évènements. Bien malheureusement nous ne pourrons pas revenir quelques minutes en arrière dans l'histoire de la Terre. Mais, à l'instar de ces héros cinématographiques, nous avons aussi la chance, grâce à ces fabuleux modèles mathématiques prédictifs de nos " Docs ", bien réels et qui méritent leurs publications dans les revues les plus cotées (leurs ailes à eux), d'entrevoir ce que sera le futur de la planète, et notamment l'étendue des forêts tropicales, leur diversité, et notre futur climat. Il n'est pas encore complètement trop tard, et nous avons encore quelques minutes, une ou deux dizaines d'années tout au plus à l'échelle géologique, pour empêcher l'irréparable de se produire. Les décisions sont à prendre, en urgence. Les forêts tropicales se dégradent, se fragmentent à une vitesse jamais égalée, et les scénarii, pessimistes ou optimistes (4), des scientifiques ne nous laissent pas beaucoup de marge. Une chose est quasiment certaine, les forêts tropicales seront réduites à peau de chagrin comme le sont aujourd'hui la Mata Atlantica au Brésil, la forêt de Madagascar, les Ghats en Inde et les forêts du Queensland en Australie. Dans 20 ans, il sera trop tard pour pleurer et se lamenter. Ces fragments seront tout ce qui nous restera pour héberger la biodiversité d'aujourd'hui, si on prend les mesures nécessaires pour les protéger dès aujourd'hui. 

Ces fragments forestiers sont notre unique et dernière chance de conserver cette biodiversité dans le futur. Comme le montre l'évolution à long terme des fragments forestiers au Brésil ou en Afrique, la résilience de ces forêts tropicales fragmentées est longue même lorsqu'elles sont confrontées à un fort essor démographique, et faible si la surchasse les réduisent à de belles forêts mais vides d'animaux. Comme cela vient d'être décréter au Brésil pour La Mata Atlantica, c'est la conservation de ces fragments et l'intégrité des processus écologiques qui y sont à l'oeuvre, qui nous permettra de régénérer et reconstruire les forêts disparues d'antan, puis d'y réintroduire les espèces animales disparues si on en sauve suffisamment dans les parcs naturels et autres parcs zoologiques. Non, il n'est pas impossible d'empêcher la destruction généralisée des forêts tropicales. Il suffit de se mobiliser pour préserver dès aujourd'hui de vastes massifs forestiers, suffisamment étendus pour pouvoir héberger un échantillon représentatif de cette biodiversité, une arche de Noé terrestre en quelque sorte. Leur taille devra être au moins supérieure à 10.000 hectares avec de nombreux corridors pour faciliter les mouvements de gènes entre les fragments, du pollen et des graines, et entre les populations végétales et animales ainsi cloisonnées et séparées dans l'espace. Il faudra aussi protéger toute cette faune d'espèces invertébrés et vertébrés sans qui tous les phénomènes de pollinisation et de dispersion du pollen et des graines, processus primordiaux pour le maintien de la diversité génétique, ne se réaliseront plus, annihilant tout espoir de pouvoir replanter un jour les graines des plantes. L'exploitation de ces forêts pour son bois ou les produits forestiers non ligneux comme la noix du Brésil, n'est pas incompatible avec cette conservation tant que des mesures sont prises pour minimiser l'impact de ces prélèvements et protéger la faune essentielle au recrutement de nombre de ces essences commerciales. Les écologistes et les forestiers s'attellent à cette tâche depuis deux décennies, et leurs travaux porteront bientôt leurs fruits. Ecoutons donc ces oiseaux de mauvais augure que sont les scientifiques, et dont je fais aussi partie, qui nous prédisent le pire, et tirons-en les leçons. Pour paraphraser Frank Capra, on pourrait ajouter " La Terre a besoin de notre aide " et " Pour aider la Terre, il faut se renseigner sur elle". Encore un petit effort, Mesdames et Messieurs les politiques, pourrait-on ajouter pour faire mentir ces statistiques déprimantes et alors, ce retour vers notre futur nous prouvera que cette vie est belle, et que, à chaque nouveau " soleil levant ", nous serons encore émerveillés par tant de beautés faunistiques et floristiques, guyanaises en particulier.

Pierre-Michel Forget

Maître de conférences du Muséum national d'Histoire naturelle, 
Département d'Ecologie et Gestion de la Biodiversité, Brunoy, UMR 5176 CNRS-MNHN

______

1) Peres, C.A., Baider, C., Zuidema, P.A. et al. Demographic threats to the sustainability of Brazil nut exploitation,  Science 2003 302: 2112-2114 
2) Thomas, C.D., Cameron, A. Green, R.E. et al. Extinction risk from climate change. Nature 427, 145-148 
3) Durand, F., Hallé, F. et Hulot, N. Les forêts tropicales : c'est fichu ! Le Monde, 11 novembre 2003.
4)
Laurance, W.F., Cochrane, M.A., Bergen, S., et al. (2001) The future of the Brazilian Amazon. Science 291, 438-439.

 


Autres chroniques de l'année 2004

Infos citoyennes

Communiqués

Viré Gadé


Horaires des marées :
Iles Salut / Cayenne / Les Hattes


Offres et demandes covoiturage

Photothèque

Lancements 2014
Lancements 2014
Soyouz VS07

Annonceurs

Tarifs de publicité